Course en montagne : comment trouver un point d’eau ?

Trail runningPour tout coureur, l’eau c’est le nerf de la guerre. Même si les points d’eau et les points de ravitaillement sont clairement indiqués avant le départ, on n’est jamais à l’abri d’un imprévu. Le simple stress lié à l’épreuve ou encore l’afflux des informations que l’on doit retenir peuvent nous faire perdre le nord et oublier tout ce qu’on nous a dit. Alors, s’il vous arrive de manquer d’eau au cours de l’épreuve, voici quelques conseils à retenir. Ils pourront vous sauver la vie ou, du temps.

Consulter sa carte

C’est le premier outil du coureur. Certains randonneurs prennent l’habitude de tracer sa route suivant les points d’eau disponibles, quitte à faire un zigzag permanent.

Repérer les pentes et les creux

Il y a souvent de l’eau au fond d’une vallée. Tout simplement parce que les pentes canalisent l’eau de pluie naturellement vers les creux.

Regarder s’il y a des végétaux plus verts qu’ailleurs

Ici, l’expression qui dit que là où il y a de l’eau, il y a de la vie a tout son sens. Dans les endroits humides, la végétation est toujours plus dense et le feuillage plus vif qu’ailleurs. Suivre les traces de pas des animaux aussi peut aider, car ces derniers se dirigent toujours vers là où ils trouveront de l’eau pour étancher leur soif.

Boire l’eau le plus propre possible

Les réponses aux questions suivantes permettront d’estimer la qualité d’un point d’eau :

Est-ce qu’il y a de la pollution en amont ? Cela peut être un campement, un élevage, une usine, un lac, etc.

Est-ce que le volume du cours d’eau est important ou faible ? Plus le volume est important, plus l’eau sera propre. C’est aussi simple que cela.

Est-ce que l’eau parait-elle trouble ? Si la réponse est oui, il faudra la traiter ou à la limite la filtrer. Autrement, mieux vaut chercher plus bas, c’est-à-dire là où il y a plus de volume, donc une eau plus claire.

Leave a Reply